Bye bye Berlin !

Photo Berlin 2017, komci komca

Bye bye Berlin !

admin7311 No Comment
Non classé

Un retour en France pas si facile !

 

Bref retour sur mon expérience à l’étranger et comment j’ai quitté la France pour l’Allemagne…

 

Le rideau est tombé sur mes 2 années de vie passées à Berlin. En 2015, à la fin d’une expérience professionnelle très prenante, je décide de concrétiser un projet de longue date, celui de partir vivre et travailler à l’étranger. Pas l’envie de partir tête baissée, je me renseigne et je découvre au hasard de mes recherches un très beau programme Erasmus for young entrepreneurs, un dispositif qui offre aux futurs entrepreneurs la possibilité de se former et de tester leur projet auprès d’entrepreneurs chevronnés dans un pays participant étranger. Je me lance alors dans la construction de mon business plan, en lançant un projet d’activité dans le conseil en communication culturelle. Venant d’un parcours classique dans la communication et ayant travaillé dans de grosses structures, j’ai saisi l’opportunité de ce nouveau départ pour explorer un nouveau secteur celui de la culture et des arts vivants. Business plan validé par un jury de la Commission Européenne, je pars à Berlin, je me rapproche d’un directeur de théâtre berlinois, le courant passe immédiatement et me voilà à Berlin. Au bout des 6 mois de financement européen, le directeur du théâtre me demande de rester et me conseille de me lancer en indépendante, en échange, il deviendra mon premier et plus important client.

HofFestSpiele 2017, Tiempos Nuevos Teatro, komci komca

HofFestSpiele 2017, Tiempos Nuevos Teatro

Pari pris, je débute en tant que consultante indépendante dans le conseil en communication culturelleJe m’investis dans mon travail, mets en place une nouvelle organisation de fonctionnement interne, une stratégie de communication, digitale et de foundraising, des outils adaptés aux contraintes d’une petite structure au statut associatif, organise des événements théâtraux et musicaux et accueille le public et les artistes. A force de rencontres, je travaille pour de nouveaux clients, un ensemble théâtral pour enfant que j’accompagne lors de leurs premières (nouveaux spectacles) par le développement des relations presse et accompagne également un organisme favorisant l’accès à la culture aux enfants.

 

A côté de ça, je découvre un Berlin multi-facettes, multiculturel, une place ouverte à l’accueil de personnes venues du monde entier. Je me retrouve à côtoyer des égyptiens, des italiens, des turques, des espagnols, des anglais, des mexicains, des argentins, des syriens, et des allemands bien sûr ! Une immersion dans la plus grande des diversités, ou les frontières disparaissent, où la différence a toute sa place. Une énergie créatrice s’empare de la ville, les start-up s’installent, les initiatives associatives et artistiques foisonnent. L’impression que tout ou presque est possible. A travers mes engagements au théâtre, nous développons des projets autour des jeunes réfugiés syriens, créons avec eux des ateliers artistiques et des spectacles autour de leur histoire.

Deux années passent et mon destin m’amène à Nantes, poussée par la vie à 2, mon ami trouve un emploi à Nantes, bye bye Berlin, re-bonjour la France !

 Zuhause von zirkusmaria, Berlin 2017, komci komca, bye bye berlin

Zuhause von zirkusmaria, Berlin 2017

 

Mon retour en France, à Nantes.

 

Le cœur lourd de quitter ma vie et les gens rencontrés à Berlin, je m’installe à Nantes avec toute une série de complications, loin d’imaginer un retour dans mon pays natal si périlleux ! Les premières déconvenues furent les obstacles administratifs entre le pôle emploi français et le système d’assurance maladie. Des mois de bataille. S’en suit, la longue et usante recherche d’emploi en communication. Trop nombreux, pas assez de place, un marché du travail extrêmement réseauté.

Je ne baisse pas les bras, dès mon arrivée, je m’inscris à une formation diplômante dans le marketing digital, où j’y fais de belles rencontres, dont celle de Rémy Marrone, formateur en digital, qui me pousse, m’entraîne dans l’univers numérique nantais. Je participe en tant que bénévole au Web2day, co-organise des événements digitaux tels que Talk-Talk et la Sape Connectée. A côté, je m’implique également dans le soutien d’associations, d’une création d’entreprise, apporte mes compétences et participe à toute une série de rencontres professionnelles. Pas le temps de m’ennuyer, pour autant on appelle ma situation le chômage, du verbe chômer !

 

Des sentiments partagés.

 

L’envie d’y arriver, de trouver un emploi, de m’investir à fond et en même temps tout un tas de doutes, de désillusions sur la difficulté de ma réintégration en France, des entreprises classiques, cloisonnées dans des process de recrutement très homogènes, codifiés et filtrés, un manque d’ouverture aux profils multi-compétences, pas facile à identifier en un mot-clé. Mon expérience à l’étranger m’a appris la remise en question, l’ouverture d’esprit et d’entreprendre, la capacité à rencontrer des gens de tout horizon, en laissant de côté les pré-jugés, normes et codes très présents en France. La richesse, me semble-t-il, repose dans la diversité des profils, des parcours, des personnalités et j’espère trouver ma nouvelle place en France et dans le monde professionnel.

 

A vous français de retour en France, racontez-moi votre histoire, partagez vos constats, vos impressions sur votre nouvelle vie en France.

Leave a Reply